Inaugurée par le président français Emmanuel Macron, l’exposition “Juifs d’Orient” s’ouvre ce mercredi 24 novembre à l’Institut du monde arabe à Paris. Au-delà des conflits et des tensions contemporaines, il s’agit de “raconter depuis le début” une riche histoire de plus de deux millénaires.

Si Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe (IMA) et ex-ministre de la Culture de François Mitterrand, se plaît à rappeler que des pays du monde entier ont aidé à mettre sur pied cette exposition, il en est un dont le nom revient souvent, à la fois dans l’histoire du peuple juif et dans le prêt actuel des œuvres : le Maroc. Le Musée de l’histoire et des civilisations de Rabat a ainsi envoyé des caisses en bois destinées à porter la Torah ; on retrouve parmi les objets incontournables une stèle funéraire apportée de Volubilis ; et un historien marocain siège au comité scientifique de l’exposition en la personne de Mohammed Kenbib, directeur de l’Institut royal pour la recherche sur l’histoire du Maroc.

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous