À contre-courant de la crise sanitaire, les flux des transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE) de cette année ont poursuivi leur trend haussier entamé en 2020. Hassan Boulaknadel, directeur de l’Office des changes, fournit quelques pistes d’explication.

TelQuel : À 63,7 milliards de DH (+45 %) à la fin d’août, les transferts des MRE poursuivent leur hausse entamée en 2020. Comment réussissent-ils à défier la crise sanitaire ?

Hassan Boulaknadel : Contre toute attente et tout pronostic, les transferts de fonds des MRE ont affiché une forte résilience malgré un contexte économique mondial difficile, toujours marqué par les répercussions de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19.

Après avoir reculé en 2018 et stagné en 2019, les transferts des MRE ont connu une croissance forte depuis la seconde moitié de l’année 2020. Ils ont gagné 4,9 % en 2020 pour s’établir à 68,2 milliards de dirhams contre 65 milliards en 2019.

Cette tendance haussière s’est poursuivie en 2021. Au terme des huit premiers mois de l’année, les transferts s’établissent à 63,7 milliards de dirhams à la fin d’août 2021 contre 43,7 milliards à la fin d’août 2020, une hausse de 45,7 %. Il faut dire que cette tendance haussière a été observée dans les transferts des migrants de plusieurs autres pays durant la même période : Bangladesh, Pakistan, Mexique, Égypte…

On table beaucoup sur l’explication des transferts par la solidarité face à la crise sanitaire. Y a-t-il d’autres pistes d’éclaircissement ?

Lire la suite sur telquel.ma…

Laissez un commentaire