Née en 1942 à Casablanca, la réalisatrice Izza Génini a passé une partie de son enfance dans les plaines de la Chaouia, puis s'est installée à Paris, avant de redécouvrir le royaume et de produire de nombreux films sur le riche patrimoine marocain. Un itinéraire fait de “rendez-vous” – elle ne croit pas au hasard –, pour celle qui préfère le surnom de “pionnière” à celui de “marraine” du cinéma national.

“J’ai grandi dans un Casablanca complètement ouvert, au sens propre comme au figuré : on vivait avec les portes ouvertes toute la journée, elles ne se fermaient que la nuit au moment de dormir”, témoigne Izza Génini. En se remémorant son enfance, la septuagénaire a le ton nostalgique mais heureux : elle nous raconte la circulation entre les différentes cultures à l’extérieur, laissant à l’intérieur des maisons la part de privé et d’intime des questions sociales et religieuses.

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous