La finale internationale du concours “Ma thèse en 180 secondes” se tiendra jeudi 30 septembre à Paris. Parmi les 25 candidats provenant des quatre coins de la Francophonie, le Maroc sera représenté par la doctorante Ghita El Mouhri. Avec la Pr Rajaâ Cherkaoui, membre du jury, elle nous explique les enjeux et les pièges de cette prestigieuse compétition.

Inspiré du concours “Three Minutes Thesis” conçu par l’Université du Queensland en Australie, la compétition “Ma thèse en 180 secondes”, contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, “n’est pas une communication scientifique exposée à ses pairs ou devant un comité de thèse”, tient d’emblée à clarifier Rajaâ Cherkaoui El Moursli, professeure à l’Université Mohammed-V de Rabat et membre du jury de la finale internationale.

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous