Jeune historienne de l’art née à Meknès, Sofia Azzouz Ben Mansour garde un souvenir enchanté de la ville impériale, où elle n’exclut pas de revenir s’installer un jour. De son adolescence en banlieue parisienne à la prestigieuse École du Louvre, portrait d’une femme déterminée.

Ce qui frappe d’abord lors des premiers échanges avec cette Meknassia d’origine, c’est sa passion viscérale pour la ville impériale. La cité aux forts intérieurs et aux remparts historiques occupe tous ses souvenirs d’enfant.

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous