Fraîchement qualifiés pour les Jeux olympiques, encore en carrière ou jeune retraité, les sportifs binationaux à qui nous avons donné la parole ont tous opté pour défendre les couleurs du Maroc*. Décision arbitraire, stratégique, de cœur ou de raison, ils expliquent leur choix. Troisième épisode de notre série sur “le dilemme de la nationalité sportive”.

Je me souviens de la première fois où j'ai réussi à faire hisser le drapeau marocain à la fin d'une compétition, c’était à l’occasion du Grand Prix d’Allemagne. À ce moment précis, j’ai voulu montrer au monde entier que le Maroc était là, bien présent dans le judo”, se remémore Asma Niang, judokate de 38 ans.

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous