Les restrictions sanitaires pour les Marocains résidant en France, en Espagne et au Portugal ont été renforcées mardi 13 juillet, avec un confinement désormais obligatoire de 5 jours à domicile pour les non vaccinés. Retrouvez toutes les conditions dans ce guide pratique.

[article mis à jour jeudi 5 août à 14 h 30]

Les citoyens marocains/originaires du Maroc en provenance des pays de la liste ‘B’ ainsi que leurs familles (conjoints, ascendants, descendants), sont appelés à s’isoler à domicile une fois au Maroc pendant cinq jours », a officialisé lundi 12 juillet le ministère marocain des Affaires étrangères dans un tweet, suivant ainsi l’avis du comité national scientifique et technique. Un test (antigénique ou PCR) négatif devra être effectué le 5e jour pour tous les nouveaux arrivants de plus de 11 ans, a-t-il été précisé. Le ministère a par ailleurs ajouté mercredi 14 juillet que les étrangers résidant au Maroc – dont un quart sont français – sont également éligibles à ces conditions. Toutes les personnes concernées devront remplir une attestation d’engagement sur l’honneur.

Ces annonces sont intervenues après une interminable journée de flottement pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE). En effet, il avait été annoncé dimanche 11 juillet que la France, l’Espagne et le Portugal allaient être reversés dans la liste des pays de catégorie B à partir du mardi 13 juillet à 23 h 59. Concrètement, cela signifie que tous les voyageurs de plus de 11 ans en provenance de ces trois destinations doivent présenter, qu’ils soient complètement vaccinés ou non, un test PCR négatif de moins de 48 heures. Ces nouvelles restrictions sont justifiées par la circulation de plus en plus active du variant Delta du Sars-Cov-2.

Concernant les trajets en bateau opérés par Intershipping, la compagnie marocaine a enjoint ses voyageurs de réserver impérativement leurs billets depuis son site internet. Aucune vente ne sera effectuée directement depuis les ports, a-t-elle indiqué, alors que certains MRE désireux de rentrer au Maroc avant l’Aïd avaient opté pour cette solution. Intershipping, qui avait informé que tous ses navires partant de Sète étaient complets jusqu’au 17 juillet, a repris le trafic et offert un hébergement hôtelier gratuit à ses passagers qui ont souhaité embarquer après l’Aïd, selon Médias24.

Selon le ministère marocain du Transport, voici la liste des quatre sites marchands sur lesquels vous pouvez réserver votre aller-retour par voie maritime :
– www.balearia.com ;
– www.gnv.it ;
– www.intershipping.ma ;
– www.lameridionale.fr.

Quant à la voie des airs, Royal Air Maroc a informé mardi matin que les clients ayant acheté un ticket pour se rendre dans le royaume depuis les pays nouvellement classés « B » peuvent obtenir un échange gratuit d’ici au 30 septembre.

Avions et ferrys supplémentaires

« Près de 1 400 vols supplémentaires d’une capacité de plus de 220 000 sièges seront programmés dès le début de juillet », avait promis Royal Air Maroc jeudi 1er juillet. Concrètement, les lignes concernées sont Tanger-Lyon (lancement), Tanger-Paris, Tanger-Amsterdam, Tanger-Bruxelles (renforcement), Nador-Eindhoven (lancement), Nador-Amsterdam, Nador-Bruxelles, Nador-Düsseldorf, Nador-Francfort (renforcement), Oujda-Paris (renforcement à 21 fréquences par semaine), Oujda-Bruxelles (renforcement à 6 fréquences par semaine), Oujda-Marseille (renforcement à 4 fréquences par semaine), Casablanca-Naples (lancement le 6 juillet, puis 2 liaisons hebdomadaires), Fès-Paris (renforcement, Fès-Amsterdam, Fès-Bruxelles, Fès-Lyon, Fès-Toulouse, Fès-Montpellier, Fès-Bordeaux et Fès-Marseille (lancement). Afin d’honorer ces nouveaux engagements, « Royal Air Maroc affrètera plusieurs avions auprès d’une compagnie internationale de référence », a précisé le pavillon national.

Concernant la voie des eaux, deux navires de la compagnie estonnienne Tallink ont été affrétés en renfort pour relier la France et l’Italie à Tanger Med, a annoncé mardi 29 juin l’opérateur nord-européen dans un communiqué. Le contrat a commencé dès la fin de juin et durera 100 jours, afin de permettre de faire face au pic de l’été. L’équipage technique est celui de Tallink Grupp, qui explique avoir déjà “une connaissance de la navigation dans la région”, tandis que l’exploitation a été confiée au marocain Intershipping. Les tarifs appliqués sont les mêmes que ceux proposés par les autres transporteurs.

Une nouvelle ligne maritime reliant le port portugais de Portimão à Tanger Med devait également être inaugurée au début du mois de juillet, avait indiqué mercredi 23 juin Abdelkader Amara, le ministre marocain du Transport. “Au moment où je vous parle, la directrice de la marine marchande se trouve à Lisbonne pour mettre les touches finales à l’accord qui sera signé entre le Maroc et le Portugal”, avait-il alors déclaré, précisant que la traversée sera biquotidienne, qu’elle durera 7 heures et que son coût restera « raisonnable ».

Au début du mois d’août, cette ligne n’avait toujours pas vu le jour. “Nous avons travaillé avec les autorités marocaines au niveau technique, mais (…) avec prudence pour que cette connexion puisse se faire avec toute la sécurité nécessaire”, a justifié Augusto Santos Silva, le ministre portugais des Affaires étrangères. Deux autres liaisons par mer ont par ailleurs été mises en service : Sète-Al Hoceima et Savone-Tanger.

4,5 milliards de subventions et de multiples promotions

Mardi 22 juin, Saâd Eddine El Othmani avait fait un bilan de la première semaine de l’opération Marhaba, à l’occasion de son intervention mensuelle devant le Parlement. Selon le chef de gouvernement, 180 000 MRE avaient déjà regagné le royaume (en grande majorité en provenance d’Europe), et plus d’un million de billets d’avion avaient été écoulés – soit 45 % de ceux mis spécialement en vente. Le coût des subventions par l’État est évalué à 4,5 milliards de dirhams (424 millions d’euros) : 2 millions pour le transport maritime, 2,5 millions pour l’aérien.

Cinq jours plus tôt, la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH) avait décidé d’une remise de 30 % sur les réservations dans tous ses établissements pour les Marocains du monde. Une offre, dont la période de validité s’étend jusqu’au 30 septembre, qui a par la suite été élargie à tous les clients nationaux, la FNIH précisant également que le séjour d’un enfant de moins de douze ans dans la chambre de ses parents serait gratuit.

Cette promotion s’inscrit dans une série de divers avantages proposés depuis dimanche 13 juin. L’Office national des chemins de fer (ONCF) a ainsi lancé un plan spécial afin de mettre à disposition davantage de trains et à des tarifs réduits de 50 % pour les Marocains du monde qui rentreront au pays cet été. 21 partiront chaque jour de Tanger vers le Sud (Rabat, Casablanca et Marrakech) et vers l’Oriental (Fès, Nador et Oujda), en plus de la liaison au départ de l’aéroport international Mohammed-V vers Casablanca, dont la desserte sera assurée par dix convois entre 5 h et 23 h, a détaillé l’Office ce mercredi 16 juin.

De 450 à 995 euros en bateau

La veille, « la direction de la marine marchande, relevant du ministère du Transport, a [annoncé avoir] entrepris de nombreuses démarches avec les compagnies de transport opérant sur les lignes maritimes avec l’Europe, dans le but d’augmenter la capacité de l’offre, de diversifier les ports d’embarquement et de pratiquer des prix raisonnables pour les voyageurs », selon un communiqué de l’agence officielle MAP.

Les prix de référence ont pour l’instant été ramenés à 995 euros aller-retour pour quatre personnes avec une voiture sur les longues distances, et à 450 euros sur les moyennes distances. Les voyageurs qui auraient payé leurs tickets au prix fort peuvent demander un remboursement de la différence auprès des services étatiques. 1 000 dirhams seront versés pour les titres achetés à moins de 250 euros ; au delà, un supplément de 5 dirhams sera ajouté pour chaque euro de plus, dans la limite maximale de 3 000 dirhams, d’après un décret publié par le secrétariat général du gouvernement.

Pour en bénéficier, il faut se rendre sur la plateforme électronique qui sera mise en place par la Direction de la marine marchande, puis présenter un document officiel attestant de la nationalité marocaine, un autre confirmant la résidence à l’étranger, ainsi qu’un billet aller-retour – plus une preuve de la tutelle pour les mineurs –, selon un arrêté conjoint du ministère des Transports et de celui des Finances publié au Bulletin officiel. Les sommes dues seront (pour l’instant) versées sur un compte bancaire marocain.

Un navire supplémentaire sera ajouté sur les lignes Marseille-Tanger Med et Gênes-Tanger Med, venant compléter la flotte de ceux partant également de Sète et une capacité initiale totale de 20 000 passagers et de 5 000 véhicules par semaine. Une « indemnité exceptionnelle de transport maritime » de deux milliards de dirhams (189 millions d’euros) a été débloquée jeudi 17 juin en conseil de gouvernement.

Pour l’avion, différer ses dates ?

Dimanche 13 juin, le portail internet de Royal Air Maroc avait enregistré plus de 120 000 connexions en quelques heures, le rendant momentanément inaccessible, avait précisé le lendemain le PDG de la compagnie nationale, Abdelhamid Addou, lors d’une conférence de presse. En cause : la mise en vente « historique » de 3 millions de billets à des prix moindres (et « sans aucune marge bénéficiaire ») pour rejoindre le Maroc entre le 15 juin et le 30 septembre, en réaction à la consigne donnée un peu plus tôt par Mohammed VI.

Le souverain “a ordonné à l’ensemble des intervenants dans le domaine du transport aérien, en particulier la compagnie Royal Air Maroc, ainsi qu’aux différents acteurs du transport maritime, de veiller à pratiquer des prix raisonnables qui soient à la portée de tous, ainsi que d’assurer un nombre suffisant de rotations, afin de permettre aux familles marocaines à l’étranger de rentrer au pays et renouer avec leurs familles et proches, particulièrement dans le contexte de la pandémie de Covid-19”, relate un communiqué relayé par la MAP.

Au total, ce sont 315 vols par semaine que RAM mettra en place depuis et vers les cinq principaux pays européens que sont la France, l’Italie, l’Espagne, la Belgique et le Royaume-Uni.

Saâd Eddine El Othmani

La nouvelle grille de RAM propose ainsi des allers-retours démarrant à 600 euros pour un seul passager en provenance d’Amérique du Nord, mais pouvant descendre jusqu’à 97 euros par personne au départ de l’Europe (voir tableau ci-dessous). D’après le patron de la compagnie, il n’est d’ores et déjà plus possible de réserver pour les dates autour de l’Aïd Al-Adha (vers le 20 juillet), ni un billet retour Casablanca-Paris dans la deuxième partie du mois d’août. Ceux qui avaient déjà réservé leur sésame avant l’opération promotionnelle peuvent aussi en bénéficier et se faire rembourser en obtenant un avoir valable après la période estivale, et ce pendant une durée de douze mois – à l’issue de laquelle le ticket devient remboursable en numéraire.

Source : Royal Air Maroc, dimanche 13 juin 2021.

« Sachant que notre capacité de places est limitée, nous sommes visiblement en train d’atteindre la limite, même si nous allons essayer d’injecter quelques avions supplémentaires. […] Nous attendons des retours de nos partenaires habituels pour affréter huit avions et atteindre notre capacité maximale qui est de 3 millions de sièges », a précisé Abdelhamid Addou, qui prévoit également d’augmenter ses ressources humaines.

De nouvelles lignes sont mises en place, notamment depuis et vers Oujda, Nador, Antalya, Paris, Barcelone, Lyon, Madrid, Londres, Francfort, Düsseldorf ou encore Naples. Concernant l’aéroport de Fès, « un programme important avec des voyages depuis et vers Amsterdam, Bruxelles et Bordeaux entre autres est prévu », a complété le CEO. Jeudi 17 juin, RAM a annoncé la mise en service d’avions supplémentaires pour les semaines du 29 juillet et du 2 septembre depuis Bruxelles, Paris, Francfort, Amsterdam, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Lyon. D’autres ont été programmés le lendemain pour des allers Europe-Maroc entre le 1er et le 7 juillet et des retours du 5 au 8 août. Une ligne directe bi-hebdomadaire Paris-Dakhla a par ailleurs été inaugurée vendredi 18 juin.

Un communiqué a affirmé dans la foulée que « plus de 70 % de la capacité mise en place sur la période est encore disponible », encourageant les clients à différer leurs créneaux de vacances si nécessaire. Mardi 15 juin vers 15 h, 470 000 billets avaient été écoulés, pour des vols en écrasante majorité concentrés du 1er au 18 juillet vers le Maroc et du 10 au 31 août dans le sens retour, d’après nos confrères du site Le 360. Au total, ce sont 315 vols par semaine que RAM mettra en place depuis et vers les cinq principaux pays européens que sont la France, l’Italie, l’Espagne, la Belgique et le Royaume-Uni, d’après Saâd Eddine El Othmani. De son côté, la compagnie espagnole Iberia a annoncé mercredi 23 juin la réouverture de ses multiples lignes entre Madrid et Marrakech, Casablanca et Tanger.

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur a par ailleurs annoncé que 300 allers-retours seront offerts aux élèves des classes préparatoires admis aux oraux d’accès aux grandes écoles françaises.

1. Déterminez si votre pays de résidence vous autorise à sortir de son territoire et sous quelles conditions.

La France a classé le Maroc dans la liste des pays “orange”, comme elle l’a fait pour l’immense majorité des nations du monde. Pour s’y rendre, il faut avoir un motif impérieux. Être “ressortissant étranger rejoignant son pays” en est un suffisant, car rejoindre son pays reste un droit intangible du droit international. Comme l’an dernier, tous les enfants majeurs de Marocains qui ne peuvent pas attester de leur nationalité marocaine par une carte d’identité ou par un passeport ne pourront donc pas quitter le territoire français pour le Maroc.

Pour la Belgique et pour l’Espagne, il n’y a pas de restrictions au départ.

Quant à l’Italie, elle classe le Maroc dans sa liste “reste du monde” : les déplacements vers et depuis le Maroc ne sont autorisés que pour des raisons spécifiques telles que travail, santé ou études, urgence absolue, retour à son domicile ou à sa résidence. Il sera donc vraisemblablement possible de rejoindre le Maroc cet été pour autant que vous trouviez des vols.

2. Déterminez si le Maroc vous autorise à entrer sur son territoire.

Le Maroc a défini deux listes de pays qui seront actualisées régulièrement, au moins deux fois par mois, selon le besoin.

La liste A rassemble les pays en provenance desquels vous pourrez rentrer au Maroc sous conditions. Il s’agit de tous ceux présentant des indicateurs positifs en ce qui concerne le contrôle de la situation épidémiologique, en particulier la propagation des variants du virus. Jusqu’à la mi-juillet, toutes les nations de l’Union européenne et la quasi-totalité de celles où résident des Marocains y figuraient.

La liste B rassemble quant à elle 81 pays depuis lesquels vous ne pouviez venir au Maroc sauf autorisations exceptionnelles obtenues préalablement auprès des autorités marocaines ; une restriction finalement levée dimanche 13 juin pour les MRE – même si elle continue de s’appliquer aux touristes.

3. Déterminez si votre pays de résidence vous acceptera à votre retour.

La France a classé le Maroc “pays orange”, ce qui signifie que seuls les voyageurs ayant un motif impérieux peuvent s’y rendre sauf s’ils ont été vaccinés avec le vaccin AstraZeneca. Pour tous les autres, vaccinés ou non, il faut, pour entrer en France : être Français, ou avoir un titre de séjour ou un visa de long séjour français ou européen valide et avoir en même temps sa résidence principale en France, ou rejoindre en transit par la France sa résidence principale dans un pays de l’Union européenne, ou disposer d’un titre de long séjour délivré dans le cadre du regroupement familial ou de la réunification familiale des réfugiés, ou encore être bénéficiaire de la protection subsidiaire et apatride.

Le retour en Italie depuis le Maroc (pays E / “reste du monde”) ne pose pas non plus de problème. Il est toujours autorisé aux citoyens italiens et européens et aux membres de leur famille, ainsi qu’aux titulaires du statut de résident de longue durée et aux membres de leur famille, mais aussi à ceux qui ont une relation affective avérée et stable (même s’ils ne cohabitent pas avec des citoyens italiens ou européens) avec un résident en Italie ou qui rejoignent leur domicile ou celui de leur partenaire en Italie.

La Belgique et l’Espagne permettent à tous ceux qui souhaitent rentrer sur leur territoire en provenance du Maroc (pays à risque pour l’Espagne, en zone rouge pour la Belgique) de le faire indépendamment de leur lien avec le pays.

4. Déterminez si le Maroc vous laissera ressortir à la fin de votre séjour.

Aujourd’hui, la chose est entendue implicitement pour les MRE puisque c’est pour eux, notamment, que le Maroc a décidé de la reprise des liaisons aériennes et maritimes, mais si l’on s’en tient aux règles établies explicitement par le Maroc, les Marocains doivent être vaccinés pour sortir du territoire pour motif touristique. Rien n’est précisé pour les autres motifs.

5. Choisissez un moyen de transport.

À partir du 15 juin, les liaisons aériennes reprennent. Il faut consulter le site des compagnies qui vous intéressent pour choisir votre vol, sachant que le roi Mohammed VI a donné ses instructions pour que les tarifs soient “raisonnables”.

Toutes les frontières terrestres du Maroc, y compris celles de Sebta et de Melilla, restent complètement fermées.

L’Espagne étant exclue de l’opération Marhaba pour la deuxième année consécutive, les liaisons maritimes régulières se réduisent cette année encore à l’aller-retour Tanger-Sète, à raison de deux ou trois départs par semaine assurés par la compagne maritime GNV, ainsi qu’à d’autres lignes directes depuis Marseille ou Gênes.

6. Effectuez un test PCR avant votre départ.

Si vous résidez dans un pays B – et ce même si vous êtes vacciné –, vous devez effectuer un test PCR (négatif) 48 heures au maximum avant votre heure de départ (décollage ou départ du bateau) pour le Maroc. En provenance des pays de la liste A, le délai pour la validité du test a été allongé mardi 6 juillet à 72 h.

Si vous arrivez depuis un des pays de la liste B, que vous avez obtenu au préalable une autorisation exceptionnelle auprès des autorités marocaines et que vous avez réussi à trouver un vol pour le Maroc, alors, en arrivant au Maroc vous devrez – en plus du test – vous isoler pendant dix jours dans l’un des hôtels agréés. Si vous êtes vacciné, la quarantaine n’est plus obligatoire, ont finalement spécifié les autorités dimanche 4 juillet.

Nouzha El Ouafi, la ministre chargée des MRE, a précisé mardi 15 juin que cette liste serait élargie à des établissements situés dans les villes de Tanger, Asilah, Tétouan, Essaouira, Inezgane, Aït Melloul, Dakhla, Ouarzazate, Nador, Oujda, Agadir, Al Hoceïma, Laâyoune, Marrakech, Rabat et Fès. La semaine suivante, le détail a été communiqué puis complété comme suit (une attestation de réservation pour dix jours sera demandée à l’entrée sur le territoire marocain) :

7. Restez informé de l’évolution de la pandémie au Maroc et dans votre pays de résidence.

Lors des deux dernières fermetures de ses frontières, le Maroc avait appliqué très rapidement sa décision. Il faut donc rester en capacité d’anticiper votre retour en fonction des informations disponibles si la perspective de rester bloqué au Maroc est inenvisageable pour vous. Les frontières du Maroc sont toujours officiellement closes et les vols s’effectuent dans le cadre d’autorisations exceptionnelles. Le Maroc reste donc en capacité de les refuser du jour au lendemain.

8. Respectez les mesures mises en place par votre pays de résidence lors de votre retour.

Le Maroc, comme l’immense majorité des pays du monde, est actuellement placé par la Belgique en zone rouge. À ce titre, depuis le 9 juin, les personnes de plus de 12 ans – quelle que soit leur nationalité – disposant d’un certificat covid numérique européen attestant d’une vaccination complète (+ 2 semaines), d’un test PCR négatif réalisé dans les 72 heures qui précèdent l’arrivée en Belgique (et non le départ du Maroc) ou d’un certificat de rétablissement peuvent entrer en Belgique sans se mettre en quarantaine, contrairement à ce qui était demandé jusqu’ici. Les Belges ont aussi la possibilité de se faire tester le jour de leur arrivée ou bien le lendemain.

La France a classé le Maroc comme “pays orange”. À ce titre, que vous ayez été vacciné ou non et quel que soit le vaccin, l’État vous demande d’effectuer un test (négatif) au maximum 72 heures ou un test antigénique (négatif) au maximum 48 heures avant votre retour en France. À l’aéroport, vous serez susceptible de devoir réaliser de nouveau un test antigénique. Enfin, vous devrez vous isoler durant sept jours.

L’Espagne attend de tous les voyageurs de plus de 12 ans venus de pays à risque (une liste actualisée tous les sept jours), comme le Maroc et comme l’immense majorité des pays du monde, qu’ils aient rempli avant leur départ un formulaire de contrôle sanitaire (FCS) sur le site www.spth.gob.es ou via l’application Spain Travel Health (SpTH). Après avoir fourni les renseignements demandés, ces plateformes génèrent un code QR individualisé que le voyageur doit présenter aux entreprises de transport avant l’embarquement, ainsi que lors des contrôles sanitaires au point d’entrée en Espagne. Le voyageur devra également présenter un certificat de vaccination numérique européen (+ 14 jours), ou bien un test PCR négatif ou antigénique de moins de 48 heures à l’arrivée en Espagne, ou bien un certificat de rétablissement du Covid valable au plus tard 180 jours après la date du premier résultat positif. Le détail du contenu de ces documents est indiqué ici. À l’arrivée en Espagne, les voyageurs doivent encore se soumettre à un contrôle sanitaire, comportant a minima une prise de température, un contrôle des documents sanitaires et un contrôle visuel de leur état.

Pour revenir en Italie, il faut avoir réalisé un test PCR ou antigénique au maximum 72 heures au préalable, et rempli une “auto-déclaration” où est indiqué la raison de votre retour (parmi celles indiquées au point 3). Il est conseillé d’être prêt à présenter toute pièce justificative et à répondre aux éventuelles questions du personnel en charge des contrôles. En sortant de l’aéroport, vous ne pouvez rejoindre votre destination que dans un véhicule privé. Les transports en commun vous sont interdits. Vous devez enfin vous isoler pendant dix jours.

Laissez un commentaire