Né en 1968 dans une famille aisée de l’Oriental, le rugbyman Abdelatif Benazzi a été repéré par un club hexagonal qui l’a fait venir alors qu’il n’avait qu’une vingtaine d’années. Le début d’une fulgurante ascension qui le propulsera premier capitaine maghrébin de l’équipe de France, ainsi érigé en modèle d’intégration. Deuxième épisode de notre série sur “le dilemme de la nationalité sportive”.

Après un tournoi international junior où la sélection marocaine est assommée par un 80-0 contre le XV de France, le jeune Abdelatif revient au bled avec un nez cassé. Deux ans plus tard, c’est lui qui tape dans l’œil des recruteurs tricolores. Il n’a même pas le temps de rentrer d’une compétition qu’il vient de disputer à Prague que des émissaires du Cahors rugby sont déjà assis dans le salon familial, autour d’un couscous.

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous