Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) ne voteront pas, cette année encore, pour les élections législatives depuis leur pays de résidence. En France comme ailleurs, les militants semblent toutefois plus las qu’indignés, et les potentiels électeurs plus indifférents que mobilisés.

À chaque nouvelle séquence électorale, le débat revient sur la table, avec, à chaque fois, moins de vigueur, et, à chaque fois, la question se pose avec d’autant plus d’acuité : les MRE en veulent-ils vraiment, de ce droit de voter au scrutin législatif ?

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous