Les séries de 2M regardées seul, les tentatives de cuisiner des briouates, la surprise des journées plus longues… Sept Marocains et Marocaines nous racontent leur premier ramadan à l’étranger. 

C’était horrible” pour Hicham. Ghita, qui ne s’était jamais sentie aussi seule, a perdu 8 kilos. Walid a juste eu “un petit goût d’inachevé”. Hajji ne l’a “ni bien ni mal vécu” et s’est vite habitué. Kawtar, quant à elle, le voit comme une expérience qui la fera grandir. Il y a mille et une manières de vivre son premier ramadan à l’étranger, mais presque tous nos interlocuteurs le font remarquer : le rythme différent surprend. “Ce qui m’a le plus dérangé, c’est que les journées étaient beaucoup plus longues et qu’il fallait être productif, alors qu’on ne va pas se mentir, au Maroc on est K.O, comme des zombies”, se souvient Hicham, ingénieur informatique de 34 ans qui travaillait à Paris à l’époque, en 2012. 

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous