L’Intelligence Artificielle (IA), déjà sur tous les fronts, pourrait révolutionner le système de l’éducation. Younes Bensouda Mourri, professeur d’intelligence artificielle à l’Université de Stanford, nous aide à le comprendre.

En analysant 10 de vos likes sur Facebook, l’algorithme vous connaît mieux que vos collègues. Avec 100, il vous connaît mieux que votre famille. Et avec 230, il vous connaît mieux que votre conjoint…”, compare une étude réalisée à l’Université de Stanford sur l’IA.

Professeur d’intelligence dans cette université américaine, Younes Bensouda Mourri développe : “L’IA peut servir à plusieurs choses, notamment à avoir un curriculum personnalisé à la place. Dans le système classique, le professeur donne un problème aux élèves et les élèves résolvent le problème. Avec l’IA, chaque élève peut avoir un problème donné selon ses compétences et ses connaissances”,  

L’IA serait donc à même d’évaluer le niveau de chaque élève. Aussi, de lui donner des cours et des exercices en fonction de son niveau et de son évolution dans l’apprentissage. Surtout, elle permettrait de gagner du temps.

Le chercheur reprend le fil de son explication et ajoute : “Par exemple, si l’étudiant A a besoin d’une heure pour apprendre comment multiplier deux décimales par trois décimales et l’étudiant B a besoin de 10 min, l’IA va leur donner différents problèmes. Les devoirs peuvent être faits selon des objectifs d’apprentissage et on ne perd pas de temps. Le plus important est que les élèves continuent d’apprendre. Différents étudiants vont apprendre de façons différentes à des temps différents”.

L’éducation basée sur l’IA, dans 30 ans, en 2051 

D’un point de vue futuriste ou non, avec cette méthode, le professeur de l’Université de Stanford pense que les étudiants seront diplômés très jeunes. Pour l’illustrer, il donne ces exemples de docteurs et d’ingénieurs, tout juste âgés de 17 ou 18 ans, ou de bacheliers diplômés dès 12 ou 13 ans. Pour la simple et bonne raison que chacun aura été à son rythme, sans être ralenti en s’alignant sur d’autres cadences d’apprentissage. 

Reste un problème à cet apprentissage utopique : la maturité émotionnelle de ces étudiants. L’IA peut aider les étudiants sur le côté académique avec un apprentissage personnalisé et efficace, mais ne leur apprend pas la maturité et l’engagement. “C’est un aspect sur lequel nous devons travailler”, déclare Younes Bensouda Mourri. Il poursuit :“Il y a un nouveau système avec l’IA. Elle ne regarde pas seulement tes bonnes et mauvaises réponses, mais prend en considération quand tu es content, confus, intrigué, bloqué quand tu résous un problème.  Un professeur a plusieurs élèves. Avec l’IA, chaque élève aura un professeur personnalisé.

L’IA peut lire dans la pensée

Dans un contexte particulier face à une situation donnée, l’IA réagit déjà de la même manière qu’un être humain. Younes Bensouda Mourri explique que l’IA peut être utilisée pour prédire ce qu’une personne pourrait dire. L’exemple le plus flagrant reste celui des voitures à conduite automatique, où les réactions de la voiture sont anticipées et alignées sur celles de l’humain.

Il indique ainsi que pour l’éducation, il y aurait une certaine praticité à s’en servir. L’IA saurait déterminer les lacunes de l’élève pour les combler. Selon lui, en devinant son score avec les questions qu’ils pourraient rater, l’IA saurait lui proposer un contenu pour pallier ce manque. 

L’IA à double tranchant

Le professeur d’Intelligence Artificielle fait remarquer que “l’IA est comme l’énergie nucléaire. On peut l’utiliser pour fabriquer une bombe atomique, mais aussi pour créer de l’énergie.” Il note que l’IA est utilisée pour la pub sur les réseaux sociaux, que c’est en cela son côté le plus lucratif. On s’en sert pour faire en sorte que les utilisateurs cliquent sur telle ou telle publicité, et leur attention devient le produit. L’IA revêt à la fois ce statut de gain et de menace.

Il surenchérit : “Pour l’éducation, elle peut permettre de gagner du temps. On peut aussi utiliser l’IA pour un meilleur système judiciaire, de meilleurs soins de santé. L’IA est comme internet, grâce auquel nous sommes tous connectés: il a ses bons et ses mauvais côtés.” “L’Intelligence Artificielle a beaucoup d’avantages. Il faut juste être prudent sur son utilisation”, conclut Younes Bensouda Mourri. Le chercheur en est convaincu, en matière d’éducation, comme dans bien d’autres domaines, l’IA pourra nous permettre de faire un bond considérable en avant.

Laissez un commentaire