Lancer un nouveau média en 2021, quelle drôle d’idée. À plus d’un titre, ces derniers mois ont été éprouvants pour des centaines de millions d’individus et d’organisations impactés par une épidémie d’une ampleur inégalée pour notre génération. Qu’elle en soit le révélateur ou la conséquence, cette crise sanitaire mondiale met au jour d’autres crises — sociales, économiques, démocratiques, environnementales… — qui pourraient être plus ou moins spectaculaires, plus ou moins meurtrières, plus ou moins vectrices de changements pour nos sociétés et nos intimités.

Aussi, si les optimistes aperçoivent le bout du tunnel, les réalistes savent que la suite du parcours est escarpée, et les pessimistes nous prédisent un plongeon dans le ravin au prochain virage. Qui croire ? Dans un océan d’incertitudes, à quoi bon continuer à rendre compte d’évolutions éphémères, à décortiquer les injonctions contradictoires de gouvernants poussés dans leurs retranchements, à tenter d’apporter de la nuance dans un débat dont les arguments se tiennent en 280 caractères ou à porter des valeurs humanistes de plus en plus ridiculisées par un populisme rentable ?

À quoi bon continuer ? Et bien tout simplement parce que vous lisez ces lignes. Tout simplement parce que le besoin d’information est rarement aussi intense qu’en période de crise. Tout simplement parce qu’au sein du groupe TelQuel, nous continuons de croire qu’une information indépendante, basée sur les faits, est le début de la solution.

Avec Diaspora par TelQuel, nous donnons à notre devise, “Le Maroc tel qu’il est”, tout son sens. Le Maroc, c’est aussi sa “13e région”. Le monde. Car oui, près d’un Marocain sur 7 réside en dehors du territoire national. Près de 5 millions de Marocains sont installés à l’étranger par choix, par obligation professionnelle, par rancœur, par amour… pour 5 millions de raisons. Il nous est apparu important de créer un espace où ces diversités puissent se retrouver. Oh, non pas de dresser un tableau exhaustif de la diaspora, d’en chanter les louanges ou de vanter le communautarisme. Non, simplement de traiter de sujets que d’autres médias dans le monde ne parviendraient pas à saisir. Simplement de donner la parole à des Marocains du monde, pour ce qu’ils sont, des hommes et des femmes, des professionnels, des artistes, des citoyens d’un royaume du nord de l’Afrique qui parfois deviennent celui d’un autre pays en y posant leurs bagages ou parce qu’ils y sont nés. Aux termes trop générique de Marocains du monde, administratif de “MRE” et péjoratif de “zmagri”, nous préférons celui de “Marocopolitains” pour désigner cette chance.

L’offre d’information de Diaspora est simple. Nous souhaitons apporter un regard, d’une part empreint de culture marocaine, débarrassé des clichés, aux grands bouleversements qui agitent les pays où résident les Marocains du monde, et d’autre part le regard de Marocains du monde sur les sujets qui les concernent au Maroc. Ces regards ne sont pas uniques, et nous tâcherons de faire vivre cette diversité de points de vue. C’est particulièrement le cas de notre rubrique “Tribunes”, ouverte à tous les lecteurs qui souhaitent faire vivre le débat dans le respect de l’autre.

Comment nous y prendrons-nous ? En pratiquant un journalisme que nous voulons exemplaire, qui construit les conditions de son indépendance et qui se concentre sur la vérification des faits. Nous traitons de grands enjeux politiques et économiques quand ils intéressent la diaspora, mais nous insistons aussi sur les questions sociétales, culturelles, sportives. Toujours avec un regard “marocopolitain”.

Nous prenons le parti de prendre le temps, de préférer prendre quelques jours de plus pour proposer des articles fouillés, et de creuser les sujets en profondeur au moyen de séries d’articles. Ce traitement en série offre les avantages d’une lecture rapide, avec des “épisodes”  à lire en moins de 4 minutes, tout en permettant l’approfondissement pour qui le souhaite en poursuivant la lecture pour découvrir de nouveaux aspects traités dans les épisodes suivants.

En plus des articles écrits, nous adoptons aussi le format de podcasts, dont les premières émissions seront diffusées au mois de mars. Une manière conviviale et intimiste de parler des sujets qui concernent les lecteurs de Diaspora par TelQuel.  Notre offre est complétée par des « Guides pratiques », véritables « tutos » en ligne qui seront régulièrement actualisés et qui rassemblent au même endroit une information vérifiée sur les questions que peuvent se poser les membres de la diaspora (administratives, financières, bon plans…)

Y parviendrons-nous ? La dizaine de journalistes de différentes nationalités qui collaborent de par le monde à la rédaction de Diaspora par TelQuel s’y efforceront, avec passion et professionnalisme. Vous pouvez aussi contribuer à cette réussite en partageant nos articles, en vous abonnant à notre newsletter, en commentant les articles et en nous faisant part de vos remarques.

Bonnes lectures !

Laissez un commentaire