Nourrie par la pensée salafiste, la ruqia char’iya, ou médecine prophétique, prend des proportions dangereuses au Maroc. Mettant en danger la santé des personnes, elle mêle violences physiques et abus sexuels.

Dans une salle matelassée comme dans un asile psychiatrique, un homme en qamis blanc, barbe clairsemée et micro soigneusement posé dans le champ de la caméra, répète d’une manière cérémoniale des incantations religieuses sur le sihr… Dans un coin de la cellule capitonnée, une femme couverte de la tête aux pieds gesticule aux rythmes des formules du cheikh, pousse des cris stridents ou des bribes de phrases incompréhensibles. Le ton monte et le cheikh tente de convaincre le “djinn franc-maçon” de sortir du corps de la “possédée”...

LISEZ GRATUITEMENT CET ARTICLE EN VOUS INSCRIVANT
À diaspora
Vous avez déja un compte à Diaspora ? Identifiez-vous